Pour être au poil tout l’été

Image femme epilation intimePlage, piscine… Le temps de se dénuder approche à grands pas. Plus possible de tricher en camouflant les bords de maillot, les aisselles ou les jambes parsemés de poils inesthétiques. L’heure est à l’épilation parfaite. Rasoir, cire, Halawat, appareil électrique, crème dépilatoire… Tout pour être nette.

La chasse au « poil » existe depuis des millénaires. Nos ancêtres déjà, considéraient la peau imberbe comme un canon de beauté. Mais alors qu’autrefois, l’épilation n’était la préoccupation que des femmes appartenant à un milieu aisé, aujourd’hui, elle concerne toutes les femmes. Les centres d’épilation pullulent dans nos villes, et pour choisir la méthode qui nous convient, le moins que l’on puisse dire, c’est que le choix n’est pas toujours simple. Faisons un tour d’horizon de ce qui se fait en matière d’épilation.

Le rasoir, pour les plus pressées

Pour toutes celles qui ne peuvent pas s’accorder trop de temps pour s’épiler, le rasoir est la méthode idéale. Vite fait, bien fait, sous la douche, on applique une couche de mousse à raser ou plus simplement un peu de savon pour que le rasoir glisse plus facilement sur la peau. Au séchage, on applique une crème hydratante qui calme les éventuelles irritations. La peau est nette en un rien de temps.
Seul hic à ce beau scénario : les repousses. Avec cette méthode, on n’est quasiment obligée, s’il l’on veut rester nette, de se raser tous les deux jours, voire tous les jours, pour les plus poilues.

La cire chaude, pour une efficacité optimale

La cire chaude s’utilise pour épiler les aisselles, les jambes et le maillot. Appliquée sur la peau à l’aide d’une spatule en bois ou d’un roll-on ( qui déverse une dose de cire en continu) la cire, une fois sèche, s’arrache d’un coup sec en tirant dans le sens inverse de la pousse du poil. Le poil est arraché à la racine. Cette méthode est très efficace car la chaleur ouvre les pores de la peau et permet ainsi un arrachage optimal.
Malheureusement cette méthode est à bannir pour toutes celles qui ont des problèmes de circulation sanguine ou des varices. En effet, la chaleur en dilatant les vaisseaux sanguins provoquent souvent des petits hématomes. De plus, pour une peau nette, il faut attendre que les poils atteignent environ 5 mm de longueur avant de les épiler. En été, pas franchement top ! Pour les inconditionnelles, sachez que cire + soleil, ne font pas bon ménage. Des tâches noires, indélébiles peuvent apparaître si vous vous exposez après une épilation à la cire chaude.

Halawat, pour un retour aux traditions

Réalisée à base de sucre, d’eau et de citron, cette cire naturelle forme une boule de caramel brun. Elle s’applique centimètre par centimètre, sur toute la zone à épiler.
Comment faire ? Prendre plusieurs poignées de sucre en morceaux, un demi verre d’eau et faire chauffer le tout. Quand le caramel devient brun, ajouter quelques gouttes de citron et plonger la préparation dans de l’eau froide. Ensuite, former une boule de caramel de taille moyenne que l’on applique sur la partie à épiler. La boule doit se décoller d’un geste brutal pour optimiser le résultat.
Halawat est une méthode traditionnelle qui ne fait appel qu’à des ingrédients naturels. Elle laisse la peau douce, mais, il faut bien le reconnaître, pas aussi nette que la cire chaude.

L’épilation électrique, pour plus d’économie

D’utilisation rapide, l’épilateur électrique est en plus économique parce que vite amorti. Pour les inconditionnelles de cette méthode, sachez que la dernière génération des épilateurs électriques rivalise d’ingéniosité et d’efficacité.
Deux systèmes existent sur le marché : celui qui rase le poil et celui qui l’arrache. Dans le second cas, environ deux semaines et demi d’épilation nette est la promesse faite par les fabricants d’épilateurs électriques. Moins douloureux que ne l’était la première génération d’épilateurs, ils ont en plus été étudiés pour aller dans des zones telles que les aisselles et les bords de maillot. De plus, l’épilateur électrique a l’avantage de capturer les poils les plus courts à la racine, ce qui n’est pas le cas avec la cire. Cependant, cette épilation occasionne parfois des boutons sur les peaux fragiles en raison des risques de repousses de poils sous la peau.

La crème dépilatoire, pour une peau douce

Aussi rapide que le rasoir, la repousse est néanmoins moins rapide : environ une semaine avant de sentir les premiers poils pointer le bout de leur nez.
Le principe : les actifs alcalins présents dans ces crèmes détruisent le poil à la racine ainsi que son enveloppe en profondeur en s’attaquant à sa kératine. La dernière génération possède des actifs encore plus apaisants et adoucissants particulièrement recommandés pour les peaux fragiles.
Pour le petit plus, après le rinçage et le séchage, appliquer un demi citron sur la peau épilée. Le jus compense les effets agressifs contenus dans la formule de la crème et évite ainsi les rougeurs.

Après cette énumération des différentes méthodes vous hésitez toujours sur celle à suivre. Pas de problème, nous vous proposons un « menu » sur mesure pour traquer vos poils indésirables.
Plus rien ne va… Faites votre choix.

Vous êtes… blonde ou châtain clair avec un poil fin
Veinardes !! Votre pilosité se limite aux jambes, aisselles et bord de maillot. Et encore, les poils sont fins, rien à voir avec les brunes. Cependant, même fins, ils restent visibles. La solution ? La cire chaude, bien sûr. Respectée toute l’année, cette discipline intraitable finit par avoir raison du poil. En effet, au bout de quelques mois, la fibre capillaire s’affine et disparaît. Vous devenez quasiment imberbe dans les zones épilées. Mission accomplie.

Vous êtes… brune à tendance poilue
Hum… Pas facile. Bras, cuisses, bords de maillot, visage… Vous en avez partout ! Et votre poil résiste en s’immisçant là où il n’a rien à faire.
La solution ? L’épilation halawat. Un retour aux méthodes traditionnelles s’impose pour une efficacité au top. Pour toutes celles qui n’ont pas reçu l’éducation d’une reine de Saba, quelques instituts proposent cette méthode à base d’ingrédients 100% naturels. Son avantage ? La boule en passant sur le corps capture dans son caramel les poils, même très courts, sans douleur et surtout sans aucune rougeur.

Vous êtes… une fille à peau sensible
Cicatrices, poils incarnés, boutons sous la peau… Vous avez droit à tout ! La kératine en excès est la principale coupable. Elle bouche la surface de l’épiderme au niveau des jambes et des bords de maillot. Le poil se retrouve alors « coincé » sous la peau et s’infecte.
Quoi que vous fassiez : cire, rasoir électrique… Rien n’y fait, c’est l’enfer.
La solution ? Le laser. Trop cher ? Si vous n’avez pas les moyens de vous offrir les dix séances nécessaires pour ne plus avoir de poils, investissez au moins sur deux séances.
Résultat immédiat : les poils ne seront pas éradiqués mais la peau retrouve une qualité exceptionnelle. Plus de boutons, ni de tâches ni de cicatrices… Revenez à la méthode d’épilation que vous voulez en attendant d’économiser et de finir le traitement au laser.

L’épilation définitive

Pour toutes celles qui veulent en finir de manière radicale avec leurs poils, il existe deux techniques : l’épilation électrique et le laser.

L’épilation électrique est une technique qui permet grâce à une petite aiguille dotée d’un mini électrode que l’on glisse le long de chaque poil, de faire passer une décharge
L’épilation électrique détruit le bulbe du poil. Après cela, il ne peut plus y avoir de repousse. La méthode est longue car en une séance on ne peut traiter qu’une petite zone et en plus, les risques de cicatrices restent grands.

Le laser est la grande star de l’épilation définitive. Il produit un faisceau de lumière absorbée par les poils. Une fois touchés, le poil et son bulbe sont détruits. Cette méthode est particulièrement efficace sur les peaux blanches à poils noirs.
Sur une peau mate ou noire, une nouvelle génération de laser, doté d’un embout refroidi en permanence pour éviter de brûler la peau, promet une bonne efficacité.

Pour les blondes et les rousses, les poils trop clairs n’arrêtent pas le faisceau de lumière. L’épilation électrique reste leur seule solution. Sachez toutefois, que le laser a pour ennemi le soleil. En cas d’exposition pendant le traitement, les risques de dépigmentation sont presque certains.
Le laser a des résultats surprenants et spectaculaires. Cependant, le choix du dermatologue est capital. En effet, la programmation des séances doit tenir compte du cycle de vie de chaque poil. Il ne s’agit pas d’enchaîner les dix séances en dix mois. Autrement, l’efficacité sera forcément moindre. Le professionnalisme du médecin est capital.

Dans la même catégorie:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *