Apprenez à vous aimer avec vos formes

Image femme rondeQuelle femme ne s’est pas retrouvée un jour face à son miroir et dépitée par des rondeurs trop prononcées à son goût ? Sans chercher forcément à entretenir vos formes, vous pourriez apprendre à les… aimer !

Aimer ses formes généreuses c’est possible !

Vous désertez les plages, lorgnez sur I’assiette du voisin à chaque repas et vivez quasiment une balance dans le sac. Pour vous, prendre un kilo relève généralement du drame en trois actes et l’approche des fêtes, des vacances est un véritable cauchemar.
Sans compter qu’au lieu de quelques décolletés sexy, votre placard a tout d’un vestiaire mal rangé dans lequel pulls trop grands et pantalons informes ont élu domicile depuis des années.

Jusqu’où assumer ses rondeurs ?

Qu’est-ce que la rondeur ? On peut la définir comme le chemin entre minceur et surpoids.
Elle se focalise d’ailleurs à certains points du corps : ventre, hanche, cuisses, fesses, genoux et résulte généralement d’une trop importante ou mauvaise alimentation.
Il peut s’agir de la conséquence de troubles hormonaux ou tout simplement de… morphologie ! Même harmonieusement situées, elles peuvent devenir l’objet d’une véritable souffrance que l’on traîne tel un boulet toute sa vie.

Inutile de rappeler que mannequins squelettiques et campagnes publicitaires vantant les mérites de jeunes femmes sculptées au millimètre près n’arrange en rien les complexes que traînent des millions de femmes de par le monde.
De l’obsession à la pathologie, la frontière est malheureusement infime car ces histoires pas vraiment banales, touchent aussi bien des femmes que des hommes, jeunes ou moins jeunes.

Se fondre dans la masse

« L’enfer, c’est les autres » écrivait Sartre. Une citation philosophique qui pourrait presque s’appliquer à toutes ces femmes qui se trouvent toujours trop grosses ou pas assez mince !
Entre les deux ? Ce sont leurs complexes qui les dirigent par le bout du nez au point qu’elles en oublient parfois de s’exprimer ou… de profiter de la vie.
Une stratégie psychologique bien huilée mais qui occulte totalement l’estime de soi et surtout, de la bienveillance à l’égard de soi-même.

Le quotidien n’étant quelquefois rythmé par la seule envie de se fondre dans le paysage et à se renfermer peu à peu. Or, le risque est d’entrer dans un cercle vicieux qui consiste à bouger et sortir de moins en moins pour se réfugier toujours plus dans la nourriture.

Pourquoi les femmes sont plus touchées ?

Car leur corps longtemps similaire à celui d’un petit garçon se transforme radicalement dès la puberté et que ce cap est très souvent difficile à franchir : voir ses hanches s’élargir, sa poitrine se dessiner progressivement n’a rien d’anodin.

Pour la jeune fille, l’amalgame entre transformation morphologique et prise de poids est vite fait. En outre, elle subit le poids de ce changement en trouvant compliqué ou en ne sachant pas, se réapproprier son image. Cette étape cruciale au développement, est généralement vécue à l’adolescence. Autrement dit, à une période clé où les femmes peuvent vivre comme un véritable trauma¬tisme de ne pas faire partie du clan des tops models.

Développer l’appétit de vivre

La minceur n’est pas un idéal de vie en soi : il n’y a aucun bénéfice à tirer d’un quotidien fait de frustrations et de privations. La santé physique et morale passe d’abord par une assiette équilibrée et variée.
La pire des choses est de se soumettre à la restriction permanente.

A trop vouloir supprimer, on touche aux besoins vitaux de notre métabolisme. Si les rondeurs sont sources de mal-être, l’objectif premier est de prendre petit à petit de bonnes habitudes alimentaires.
Et s’il existe réellement un trouble de l’image corporel, il ne faut pas négliger l’aide que peuvent apporter certaines personnes : thérapeutes, nutritionnistes, etc.
L’activité physique est également une fabuleuse opportunité pour se reconnecter à son corps et apprendre à l’accepter. Le sport et une alimentation saine sont souvent liés pour favoriser la détente et… faire la paix avec soi.
A toutes celles qui assument parfaitement leurs rondeurs : ne changez rien ! Car vous avez compris que le bien-être physique passe par le mental. Dans ce domaine, vous le savez peut-être, vous êtes le seul maître à bord.

La sophrologie, une thérapie douce qui a fait ses preuves

Cette technique basée sur l’harmonie de l’esprit consiste à agir essentiellement sur le subconscient. C’est une méthode qui fonde sa force sur la relaxation par le biais de la respiration et la pensée positive.
Pour un problème de poids, la sophrologie peut s’avérer être un vrai soutien, voire la « béquille » nécessaire pour entreprendre de travailler sur des changements de comportements et se fixer des objectifs à atteindre.
Concrètement, dans l’objectif d’une perte de poids, la sophrologie reste très efficace pour reprendre confiance en soi, déculpabiliser et retrouver le plaisir des sensations corporelles : se remplir d’énergie positive et non d’une trop grosse quantité de nourriture.

Dans la même catégorie:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *